Voyage en Olympe

Ma première fois avec la région méditerranéenne, je me suis réveillé au petit matin les pieds dans le thym. Ces quelques pas dans cette cuisine à ciel ouvert resteront un souvenir indélébile. Je suis ensuite parti découvrir les trésors des marchés de la méditerranée. J’ai encore en mémoire les couleurs et les odeurs de ces étalages d’aromates, olives et autres produits locaux. Je n’ai eu ensuite que le désir de connaître cette nature et culture méditerranéenne. J’ai eu la chance d’y vivre quelque années et je retourne maintenant régulièrement à la découverte de ses incalculables trésors.

La méditerranée est un paradis de nature. Les hommes à son contact ont développé un art de vivre à la méditerranéenne. Ce mode de vie est reconnu en nutrition : le régime méditerranéen (1). Il englobe une alimentation riche et diversifiée faite de légumes, aromates, huile d’olives, poissons, légumineuses, cueillettes sauvages, noix… Mais ce régime méditerranéen n’est qu’une part de l’art de vivre à la méditerranéenne. Bien manger sans amis, sans soleil, sans ces espaces qui vous nourrissent à leur regard et leur contact, c’est se nourrir. Je suis parti en Grèce avec un objectif : préparer un séjour randonnée nature et culture. Quid de préparation, juste l’instinct et quelques conseils avisés d’une amie dixième muse de la Grèce.

Du côté Est d’Athènes au Pirée, j’ai embarqué pour Egine, au Nord je suis monté au Parc de Parnitha et du côté Ouest à Rafina j’ai embarqué pour Tinos.

Egine, l’île au pistache. Ils sont partout aux abords de la ville avant d’être remplacé par les oliviers en terrasse et les grands espaces dénudés semi-arides, les phryganas « buisson épineux en grec » faits de Sarcopoterium spinosum, la pimprenelle épineuse ou Satujera thymbra, la sarriette de crête. Ils étaient à peine en feuille mais en fleurs, rangées en ligne sur des petites parcelles jouxtant les maisons en mode production familiale.

Fleurs de Sarcopterium, Sarcopoterium spinosum, la Pimprenelle épineuse

Fleurs de la pimprenelle épineuse

Fleurs du pistachier

Fleurs du pistachier

Sur le bord de route, entre deux scooters, je m’émerveillais de cette foule de fleurs. Elles étaient légion. Je passais d’une nature à peine éveillée à une explosion végétale. Je retrouvais les classiques méditerranéennes et puis tant de nouvelles espèces indigènes ou plus caucasienne. On estime l’endémisme à 50 % des espèces du bassin méditerranéen (2). Pour la Grèce, nous avons autour de 6000 plantes et 20 % d’endémisme (3). C’est juste monumental pour un pays au territoire à environ 25 % de la superficie de la France et qui a le même nombre de plantes (4). Je découvre les communes et les plus répandus, l’oxalis des bermudes, le chrysanthème couronnée, l’ortie à pilules, le silène coloré, le salsifis à feuilles de poireau.

Le chrysanthème couronné.

Le chrysanthème couronné.

Je m’arrête à toutes, c’est les retrouvailles du printemps. Le botaniste amateur au retour du printemps a toujours une légère anxiété envers sa mémoire. Se réveillera-t-elle comme ces bourgeons qui ont passés ses longs mois d’hiver en dormance ? Puis, par un miracle biochimique, les noms, utilisations et souvenirs jaillissent « Silène du Larzac, Phagnalon de Lodève, Trifolium des pelouses de Nixas, Tordyllium de l’Espinousse , Cynoglossum de Cabrières… ».Deux heures de marches et je commence à entrer dans une calade qui m’emmène sur les premières terrasses qui domine la ville et le port. Je m’installe sous un olivier. Cela a été ma première vue de la Mer Egée dans le golfe Saronique. Il y avait un papaver hybride, la camomille sauvage, le tordyllium d’Apulie, la gesse de clymène. Je décide de bartasser dans la garrigue, fumana à feuilles de thym, puis la sarriette de crête. Cette garrigue est à l’image des garrigues languedociennes exposées aux vents, arides, buissonnantes, très odorantes. Je cueille quelques brins de sarriette. Son odeur est puissante, insistante, piquante. Je parviens à revenir sur un sentier, je rentre au port et je m’achète quelques pistaches.

Le tordyllium d’Apulie

Le tordyllium d’Apulie

Parnitha : Après les courbes en douceur d’Egine, je pars en autonomie pour le plus montagneux parc national du Parnès (5). La météo est clémente, juste quelques ondées nocturnes dont il faudra tenir compte pour le couchage. J’arrive au bus au bout d’Athènes à Thrakomakedones. De là, le GPS sera mon unique repère. A l’entrée du parc, une tortue des balkans est un bon présage. Je pénètre dans le maquis. Parmi les pins d’alep, il y a un arbre que j’identifie à un arbousier, la fraise du maquis, il en a la feuille mais l’écorce est d’un rouge terre de sienne comparable à l’acacia seyal du Sahel. A mon retour, je l’ai identifié comme l’arbousier du Caucase, juste magnifique.

L'arbousier du caucase

L’arbousier du caucase

Ma première fleur dans un tapis de brachypode sera l’Orchis italica. Je commence l’ascension au milieu de superbes gorges calcaires. Quelques chèvres sauvages dévalent les pentes, les fauvettes crissent et le faucon pèlerin dévoilent son aire de nidification. Plus haut, je tombe sur le bâton de Jacob, l’Anthyllide vulnéraire de sous espèce locale, une valériane d’Italie.

Les falaises calcaires du Parnès.

Les falaises calcaires du Parnès.

J’arrive devant les vestiges des flammes. Des milliers de Sapin de céphalonie ont brûlé. Ils en restent les cadavres décharnés et quelques troncs suspendus. C’est une terre de feu qui renaît, l’anémone des appenins et son bleu éclatant symbolise ce renouveau de la vie. Je vois le refuge que je cherchais perché au milieu du Parc. Juste avant, je tombe sur quelques ficaires et bien plus singulier, des tapis de gagée de bohême, liliacées typiques des pelouses de début de saison.

La gagée de bohème

La gagée de bohème

Au refuge, la nuit est prévu agitée car une troupe d’étudiants vont fêter leur dernier jour de stage. On m’indique une petite cabane isolée en bordure du parc à deux heures de marche. Ce sera plus qu’espéré. J’arrive effectivement à l’extrémité Ouest du parc sur une falaise avec une vue imprenable des Corinthes à l’île d’Eubée. Je niche dans les sapins de céphalonie en fructification. La nuit sera fraîche et tourmentée par les chants des Hulottes. A l’aube, je décolle, une station de scille à deux feuilles et de corydale à bulbe plein m’attendait et si je ne l’avais pas remarqué, cela m’indique clairement que je suis passé sur le versant Nord. Plus loin, une mésange noire ne se dérange pas pour grignoter les restes d’une laissée de mammifères.

Mésange noire

La mésange noire

Je m’attarde un moment sur un chant de rouge gorge qui me semble légèrement différent de nos pays occidentaux. Je commence une belle descente escarpée et j’arrive à un ancien monastère « Agios petros ». Je parcours les ruines de ce qui a dû être une place de culte vivante et organisée. Les vestiges du jardin sont bien visibles. Il y a un petit amphithéâtre où devait se jouer l’activité culturelle. Le site est probablement encore bien occupé par les athéniens du dimanche. Je file vers le retour au Sud-est du parc. Je croise quelques Doronic du caucase, et je tombe sur une merveille « l’iris tubéreux ». Cet iris est magnifique dans sa robe verte aux extrémités noir brillant. Il est d’une beauté frissonnante, presque virile. Plus haut sur les versants sud calcaires minérales, l’iris pumila ssp attica est d’un violet gracieux puis une autre séductrice avec l’orchis quadripunctata dans des pentes rocailleuses.

Iris tubéreux

L’iris tubéreux

Je finis mon chemin avec quelques observations d’un lézard apode, d’une perdrix bartavelle, de globulaire alypon ou encore de pervenche difforme.

Tinos : Les cyclades et ses îles…Tinos est située à quatre heure du port de Rafina entre Andros, Naxos et Mykonos. Dès mon arrivée, sur le port, un petit marché offre des conserves de légumes, câpres et autres aromates. Nous sommes au cœur du régime méditerranéen. La petite ville est belle, elle est douce et s’articule autour de son Église Panaghia Evangélistria. Tinos est unique, île d’éole, balayée par les vents dont les arbres en sont des témoins vivants, île d’eau avec des vallées verdoyantes saisissantes de contraste avec ces pentes décharnées de ses massifs métamorphiques ou granitiques. Île agricole marquée par ses restanques « terrasses cultivées », île religieuse avec une mixité orthoxe-catholique, île d’histoire avec ses pigeonniers vénitiens, île de roches et de sculptures avec ses marbres (qui auraient construits l’acropole selon la légende…), île de paysages grandioses entourées de cette mer Egée d’un bleu insolent.

Tinos, île de contraste

Ile de Tinos, une pépite encore préservée

Je pars le lendemain en conquête du Xombourgo. De cette prise, je pourrai me faire une vue d’ensemble de l’île. Le départ est complexe, les indications du GPS, de la carte sont toutes relatives face à la réalité du terrain. Je m’engage dans les vieux sentiers pavés bordés de grand cerinthe et de maceron au milieu de terrasses de lupins et d’asphodèles. Là-haut au sommet, la palette de couleur est impitoyable de beauté. Je suffoque de bonheur dans un pré au milieu des vesces. Je contourne la montagne de Kechrovouni pour m’engouffrer dans la vallée de Potamia. Sans le savoir, je descendais dans une des plus belles vallées vertes de l’île. Je découvre ces pigeonniers de luxe posés ici et là sur les parcelles. Les figuiers torturés montre la direction du vent. Vipérine faux-plantain, fausse guimauve, asplenium sont mes compagnons de route. Le retour est long, j’emprunte les voies modernes, un pallenis épineux est mon dernier souvenir. J’ai appris que les sentiers de l’île ont une histoire. Ils sont nombreux pour relier les villages des Montagnes à la mer et ils en existent peu des circulaires. Autre particularité ingénieuse mais démoniaque pour la randonnée : de multiples faux sentiers ont été créés afin de piéger les étrangers assaillants. La marche à pied requiert une bonne dose de patience et surtout d’expérience.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les vieux sentiers de Tinos

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Xombourgo

La suite est une série d’aventures propre à la définition d’un voyage. Je rencontre Stratis, un homme d’affaire locale et un chanteur à la voix de Ténor, puis Tassos mon future guide opérateur et ses amis artistes. J’assiste à une messe de Pâques en compagnie de cette bande d’amie, je suis invité le matin, le midi et le soir. Tassos me fait découvrir les secrets de l’île afin que nous préparions ensemble les bases de notre futur projet de séjour.

Le village de Kardiani

Le village de Kardiani

Nous allons à Arnandos goûter l’omelette aux artichauts de l’épicière du village, à Panormos où les calamars nous attendent face à la mer dans un de ces endroits sur terre béni des dieux, au village immaculé de Kardiani accroché aux falaises, à Pyrgos, village de marbre immaculé avec sa belle place centrale à Platane, dans la vallée sauvage de Volax garnis de blocs rochers de granit arrondis conférant à ce paysage une dimension lunaire.

La vallée de

La vallée de Volax

Cette vallée me rappelle les hauteurs des Bagzanes dans le massif de l’Aïr. Nous rencontrons aussi tant de mondes plus chaleureux et hospitaliers les uns que les autres. Je fais la connaissance d’un amoureux de l’île,  Marinos avec qui nous partageons notre passion de la cuisine saine et naturel. Nous convenons d’un accord pour l’organisation d’un stage de cuisine-randonnée-cueillette. Le raki me laisse plus flâneur mais je note au passage la provocatrice ophrys iricolor, les pentes de phlomis de crête et de sauge de Grèce de la vallée de Kambos, le genêt acanthoclada épineux des versants exposés sud de l’île. Seul, avant de partir, j’irai marcher sur les falaises de serpentine et rencontrer la centaurée radis, le fenouil des mers, l’anthemis rigide.

L'art de la table

L’alimentation saine et vivante, un art méditerranéen

Merci à Tinos et aux Tiniotes de partager cette ruralité vivante à laquelle je crois tant.

Je m’excuse pour les centaines de fleurs non citées…

Ophrys iricolor

Ophrys iricolor

Référence

  1. Lorgeril michel. Le nouveau régime méditerranéen. Terre vivante. 2015.
  2. http://www.conservation-nature.fr/article1.php?id=93
  3. Vangelis Papiomytoglou. Fleurs sauvages de Grèce.  Mediterraneo editions.  Softback, 260 Pages.
  4. https://inpn.mnhn.fr/informations/biodiversite/france
  5. http://www.parnitha-np.gr/welcome.htm
  6. Arne Strid. Wild-flowers of Mount Olympus Unknown Binding. 1980.
  7. Oleg Polunin. Flowers of Greece and the Balkans: A Field Guide New Ed Edition.Oxford (1997).

Oiseaux/reptiles

Espèce en latin Nom français
Oiseaux
Periparus ater (Linnaeus, 1758). Mésange noire
Perdrix bartavelle
Buse féroce
Hirondelle rustique
Faucon pèlerin
Rouge gorge
Fauvette passerinette
Reptiles
Podarcis tauricus Lézard
Ophiomorus punctatissimus
Podarcis muralis Lézard des murailles
Cyrtopodion kotschyi Cyrtodactyle de Kotschy
Testudo boettgeri Tortue des balkans

Botanique

Genre/espèce en latin Nom vernaculaire Présence Usages recueillies F : feuilles; Fe : fleurs; Ra : racines; Rm: rameaux; Ec : écorce
 Alkanna tinctoria (L.) Tausch Orcanette des teinturiers Egine, Athènes, Parnitha, Tinos Ra pour des teintures
Abies cephalonica Loud. Sapin de céphalonie Parnitha
Alyssum saxatile L. Corbeille d’or Parnitha Ornementale
Anchusa hybrida Ten. Egine, Tinos
Androrchis quadripunctata (Cirillo ex Ten.) D.Tyteca & E.Klein Orchis quadripunctata Parnitha
Anemone apennina sbsp. blanda Anémone des Appenins Parnitha
Anthemis arvensis L. Anthemis des champs, Camomille sauvage Egine, Athènes, Parnitha, Tinos
Anthemis rigida subsp. rigida (SM.) BOISS. ex HELDR Anthemis rigide Tinos
Anthyllis vulneraria L. ssp praepopera Anthyllide vulnéraire Parnitha Médicinale
Arbutus andrachne L. Arbousier grec Parnitha Fr : Comestible
Aristolochia pistolochia . Aristoloche pistoloche
Asphodeline lutea(L.) Rchb. Bâton de jacob Parnitha Ornementale
Asphodelus ramosus L. Asphodèle rameuse Tinos, Parnitha, Egine
Astragalus spruneri Boiss. Parnitha
Aubrieta deltoidea (L.) DC Aubriète Parnitha Ornementale
Ballota acetabulosa (L.) Benth Tinos
Briza maxima L. Grande brize Tinos
Cakile maritima Scop. subsp. maritima Cakile maritime Tinos
Calendula arvensis L. Souci des champs Tinos
Centaurea raphanina Sibth. & Sm Centaurée radis Tinos Comestible
Cercis siliquastrum L. Arbre de judée Tinos, Rafina Ormentale
Cerinthe major L. Grand cérinthe Tinos
Convolvulus althaeoides L. Fausse Guimauve Tinos
Corydalis solida (L.) Clairv Corydale à bulbe plein Parnitha
Crithmum maritimum L. Criste marine Tinos Comestible
Crocus laevigatus Parnitha
Cynoglossum creticum Mill Cynoglosse de crête Egine
Cynora scolymus L. Artichaut Tinos
Cytisus spinosus (L.) Bubani Calicotome épineux Tinos
Doronicum orientale Hoffm. Doronic du Caucase
Ecballium elaterium (L.) A. Rich Concombre d’âne Egine
Echium plantagineum L Vipérine faux-plantain Tinos
Euphorbia dendroides L. Euphorbe arborescente Egine
Ferula communis L. Férule commune Tinos
Ficaria verna Huds. Ficaire du printemps Parnitha
Foeniculum vulgare Mill. Fenouil
Fumana thymifolia (L.) Spach ex Webb Fumana à feuilles de thym Egine
Fumaria capreolata L. Fumeterre blanche Tinos
Gagea bohemica. Schult. & Schult.f Gagée de bohême Parnitha
Galactites tomentosus Moench Chardon laiteux Tinos
Genista acanthoclada DC. Tinos
Gladiolus italicus Mill. Glaieul italien Tinos
Glaucium flavum Crantz. Pavot cornu Tinos
Glebionis coronaria  (L.) Cass. ex Spach Chrysanthème couronné Tinos, Egine
Globularia alypum L. Globulaire alypon Parnitha
Helichrysum stoechas (L.) Moench Immortelle de stoechas Tinos, Parnitha
Honorius nutans (Sm.) Gray Ornithogale à fleurs penchées Tinos
Iris pumila ssp. attica (Boiss. & Heldr.) K. Richt Parnitha
Iris tuberosa L Iris des serpents Parnitha
Lagurus ovatus L. Queue de lièvre Tinos
Lamium sp Lamier Athènes
Lathyrus clymenum L. Gesse clymène Tinos, Athènes, Parnitha, Egine
Lathyrus setifolius L. Gesse à feuilles très fines Tinos
Lavatera arborea L Lavatère arborescente Tinos
Leontodon tuberosus L Leontodon tubéreux Tinos
Lepidium draba L. Cardaire drave Tinos
Limonium sinuatum (L.) Mill Statice sinué Tinos
Linaria pelisseriana (L.) Mill Linaire de Pelissier Tinos
Lobularia maritima (L.) Desv Alysson maritime Parnitha
Lotus corniculatus L Lotier corniculé Tinos
Lotus halophilus L Tinos
Lupinus angustifolius L Lupin Tinos Agricole
Mathiola sinuata (L.) R. Br Giroflée des dunes Parnitha
Medicago arborea L. Luzerne arborescente Tinos
Muscari comosum L. Muscari à toupet Tinos
Myosotis sp Myosotis Parnitha
Myrtus communis L. subsp. communis Myrte commune Tinos
Olea europaea var. sylvestris (Mill.) Lehr Olivier Tinos
Ophrys iricolor Desf Tinos
Ophrys lutea cav. Ophrys jaune Parnitha
Orchis italica Orchis d’Italie Parnitha
Orobanche sp Egine
Oxalis pes-caprae L Oxalide des bermudes Tinos, Athènes, Parnitha, Egine
Pallenis spinosa (L.) Cass Pallenis épineux Tinos
Papaver sp Coquelicot Tinos
Petrorhagia dubia (Raf.) G. López & Romo Tinos
Phagnalon graecum Boiss. & Heldr Phagnalon grecque Tinos, Athenes, Egine, Parnitha
Phlomis cretica C. PRESL Phlomis de crête Tinos
Pistacia vera. L Pistachier Egine Comestible
Quercus coccifera L. Chêne kermes Tinos
Quercus pubescens Willd., 1796 Chêne pubescent Tinos
Ranunculus trichophyllus Chaix Renoncule à feuilles capillaires Tinos
Reichardia picroides (L.) Roth Coustelline Tinos, Egine
Reseda lutea L. Reseda jaune Tinos
Rumex bucephalophorus L. Oseille tête de bœuf Tinos, Egine
Rumex tuberosus L. Oseille tubéreux Tinos, Egine
Ruta chalepensis L. Rue de Chalep Egine
Salvia fruticosa Miller Sauge de Grèce Tinos, Egine
Sarcopoterium spinosum (L.) Spach Pimprenelle épineuse Tinos, Egine
Satureja thymbra L Sariette de crête Tinos, Egine Médicinale
Saxifraga chrysosplenifolia Saxifrage Tinos
Scandix pecten-veneris L Peigne de vénus Tinos
Scilla bifolia L. Scille bifolié Parnitha
Scrophularia lucida L. Scrophulaire luisante Tinos
Sérapias sp Sérapias Tinos
Silene colorata Poiret Silene coloré Tinos, Athenes, Egine, Parnitha
Silene gallica L. Siléne d’angleterre Tinos
Silybum marianum (L.) Gaertn Chardon marie Tinos, Egine Médicinales
Smyrnium creticum MILL Maceron Tinos
Spergularia rubra (L.) J. Presl & C. Presl Spergulaire rouge Parnitha
Tamarix gallica L. Tamarix Tinos
Tordylium apulum L Tordylium d’Apulie Tinos, Athenes, Egine, Parnitha
Tragopogon porrifolius subsp. eriospermus (TEN.) GREUTER Salsifis à feuilles de poireau Tinos
Trifolium campestre SCHREB. Trèfle des champs Tinos
Trifolium spumosum L Trèfle écumeux Tinos, Egine
Urtica pilulifera L Ortie à pilules Egine
Valantia hispida L Vaillantie hérissé Tinos
Valeriana italica Lam. 1791 Valériane d’Italie Parnitha
Vicia villosa Roth Vesce de Russie Tinos
Vinca difformis Pourr Pervenche difforme Parnitha

Contactez-moi

Une demande : d'informations, de rendez-vous ? Des questions ? N'hésitez pas à me contacter, je vous répondrai au plus vite !

En cours d’envoi

©2019 Sylvain GARRAUD, Naturopathe & Herboriste

Mentions Légales / Contact

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?