Baies d’açai NON, baies d’ici OUI !


Si je vous parle de cormes, de cenelles ou encore de cochènes, cela vous évoque quelque chose ? Ou est-ce que les super fruits commerciaux et bien rentables que sont les baies de goji et d’açai[1] nous auraient fait perdre la mémoire ? Pourtant, les baies oubliées de nos régions méritent de sortir du bois : vous verrez qu’elles sont aussi efficaces que leurs cousines exotiques, sans leurs inconvénients.

Derrière les promesses santé, une autre réalité

Qui n’a jamais entendu parler de l’açai, cette baie aux formidables pouvoirs, notamment antioxydants ? A l’origine, elle n’était vendue qu’à Belém, petite ville portuaire du nord du Brésil, dont elle constituait la nourriture de base. Désormais, elle est exportée dans le monde entier… et est devenue plus cher qu’un vin de Bordeaux[2], presqu’un produit de luxe. En 2009, le prix de l’açai avait augmenté de 60 fois en moins de dix ans[3] !

Certes, ce petit fruit exotique est bon pour la santé, principalement en raison de sa teneur élevée en polyphénols, et grâce à ses activités antioxydantes[4] et hypocholestérolémiques[5].

Dans une étude de 2015, une consommation quotidienne de 100 ml pendant six semaines d’un mélange de jus à base de baies d’açai, ont amélioré les performances au sprint des athlètes ainsi que leur statut antioxydant sanguin.

Moins bien que le vin rouge ou le jus d’orange

Mais est-ce vraiment le cas des produits commercialisés chez nous ? Il faut quand même savoir que la baie d’açai supporte très mal transport et transformation, ce qui lui fait perdre quantité de vertus. Finalement, le jus d’açai ne serait pas plus riche en antioxydants que… le vin rouge ou le jus d’orange[6] !

Les aliments du bout du monde et leurs bienfaits sont donc à prendre avec des pincettes.

C’est aussi le cas des baies de goji, autre fameuse baie exotique vantée pour ses vertus. Il est vrai que leurs bienfaits sont significatifs sur la vision, la rétinopathie et la dégénérescence maculaire[7]. Il a aussi été démontré que l’apport alimentaire en goji a un impact positif sur la santé, la performance et la maladie. Ces petites baies soutiennent le système immunitaire et sont riches en nutriments[8].

Problème : en 2016, 7 baies de goji sur 10 dépassaient les quantités de pesticides légalement autorisées, allant jusqu’à 55 fois la quantité de poison agricole autorisée par la loi, notamment par le carbofuran, très toxique[9].

Ces 3 super baies poussent à côté de chez vous

Entre ces baies d’ailleurs et ces fruits de nos commerces qui mûrissent en pourrissant, il nous reste les baies de nos haies menacées. Retrouvons cet héritage perdu, celui du savoir de nos campagnes, car les aliments du bout du monde ne sont pas les seuls à avoir de formidables bienfaits sur notre santé. Alors n’oxyder plus la planète :  faites vos cueillettes.

Une bombe antioxydante dans nos forêts

Plus connus pour leurs vertus médicinales[10] que comestibles, les cenelles (ou poires du seigneur) sont les fruits de l’aubépine de nos deux espèces européennes. Farineux et peu encourageants à les consommer sur l’arbre, la purée d’aubépine pure ou associée aux cynorhodons est un délice. Elle est relativement calorique, bien pourvue en calcium, potassium, fer et sodium avec une teneur élevée en phénols et en flavonoïdes, à l’origine de ses vertus antioxydantes[11].

Cette petite baie lutte contre l’hypertension et la colite

La berbérine extraite de la racine de l’épine-vinette est connue pour son utilisation contre le diabète[12]. Sirop, compotes, confitures et gelées en association avec ou sans pommes, ou pour les plus originaux en mode câpres avec estragon ou hydromel.

Ces fruits, matures en deuxième partie d’été, ont une teneur significative en fer. Une étude suggère une utilisation potentielle de l’extrait aqueux brut pour le traitement de l’hypertension, de la tachycardie et de certains troubles neuronaux, comme l’épilepsie et les convulsions [13]. L’extrait de fruits, riche en anthocyanes (polyphénols antioxydants), est efficace pour protéger contre la colite[14].

La statine des haies

Les fruits de la cornouille, rouges, à la différence du cornouiller sanguin aux fruits noirs purgatifs, sont utilisés par la médecine depuis des siècles. Astringente, la cornouille resserre le ventre, disait Galien. En gelée ou confitures, de fort bon goût selon Matthiole, elle est consommée sous le nom de kisil par les Russes[15]. Sa saveur est parfumée, acidulée et n’a pas rien à jalouser aux grandes classiques groseilles ou framboises.

Mais surtout, selon une étude de 2010[16], la poudre de fruits du cornouiller aurait des effets anticoagulants et anti-inflammatoires plus puissants que la lovastatine (un médicament anti-cholestérol)[17], ce qui pourrait être bénéfique notamment pour les patients souffrant d’athérosclérose.

Et tant d’autres vous attendent

Et puis, il y a aussi les cormes ou sorbes (fruits du sorbier) et le cynorhodon, riches en vitamine C ; les astringents d’automne comme l’alouchier et bien sûr le célèbre quatuor anti-oxydant fraises des bois, framboises, mûres et myrtilles, sans oublier airelles et canneberges pour les amis de la montagne.

Si vous partez à la conquête de ces friandises de santé, il faudra tout de même vous assurer de leur identité. Et à ceux qui objecteront la supériorité des baies d’Amazonie ou de l’Himalaya, alors qu’ils vident leur porte-monnaie ! 

Sylvain Garraud

Article publiée RSB n°33-Juin 2019


[1]. Llorent-Martínez, and al., « Characterization and comparison of the chemical composition of exotic superfoods », Microchemical Journal, 2013.

[2]. J.-P. Tuquoi, « L’açai, fruit de la mondialisation », Le Monde, 5 mars 2009.

[3]. www.terraeco.net/Chia-goji-acai-les-super-aliments,52301.html

[4]. Jensen GS, and al., « In vitro and in vivo antioxidant and anti-inflammatory capacities of an antioxidant-rich fruit and berry juice blend », J Agric Food Chem., 2008.

[5]. Sadowska-Krępa E, and al., « Effects of supplementation with acai (Euterpe oleracea Mart.) berry-based juice blend on the blood antioxidant defence capacity and lipid profile in junior hurdlers », Biol Sport, 2015.

[6]. Seeram NP, and al., « Comparison of antioxidant potency of commonly consumed polyphenol-rich beverages in the United States », J Agric Food Chem. 2008 Feb 27.

[7]. Ma ZF, and al., « Goji Berries as a Potential Natural Antioxidant Medicine: An Insight into Their Molecular Mechanisms of Action », Oxid Med Cell Longev., 2019 Jan 9.

[8]. Jeszka-Skowron M., and al., « Potential health benefits and quality of dried fruits: goji fruits, cranberries and raisins », Food Chemistry, 2017.

[9]. www.foodwatch.org/nl/onze-campagnes/nieuwsberichten/supervervuild-superfood-70-gojibessen-bevat-te-veel-pesticide-resten/

[10]. Propriétés cardiotoniques, bradychardisant et hypotenseur, sympatholytique, antispasmodique, sédative

[11]. Rabiei K, and al., « Antioxidant activity of polyphenol and ultrasonic extracts from fruits of Crataegus pentagyna subsp. Elburensis », Nat Prod Res., 2012.

[12]. En contrôlant le taux de sucre sanguin, contre l’obésité et comme protecteur cardio-vasculaire

[13]. Fatehi M, and al., « A pharmacological study on Berberis vulgaris fruit extract », J Ethnopharmacol., 2005.

[14]. Minaiyan M, and al., « Comparative Study of Berberis vulgaris Fruit Extract and Berberine Chloride Effects on Acetic Acid-Induced Colitis in Rats », Iran J Pharm Res., 2011.

[15]. Henri Leclerc, « Les fruits de France », Masson, 1984.

[16]. Sedigheh Asgary, and Al, « Comparing the Effects of Lovastatin and Cornus Mas Fruit on Fibrinogen Level in Hypercholesterolemic Rabbits », ARYA Atheroscler. 2010

[17]. Utilisée comme médicament pour faire baisser le taux de cholestérol.


Contactez-moi

Une demande : d'informations, de rendez-vous ? Des questions ? N'hésitez pas à me contacter, je vous répondrai au plus vite !

En cours d’envoi

©2019 Sylvain GARRAUD, Naturopathe & Herboriste

Mentions Légales / Contact

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?